Lait de chèvre ou de brebis

Sommaire

Quand on pense au lait, on pense le plus souvent au lait de vache. C’est effectivement le plus répandu.

Mais il existe différentes sortes de laits animaux (ânesse, jument, brebis, chèvre…) ou végétaux (soja, noisettes, châtaignes…), à consommer en fonction de ses besoins et de ses préférences. Chaque lait a ses avantages et ses inconvénients.

Important : le lait végétal n'est pas un « produit laitier » au sens du droit européen. Dans un arrêt du 14 juin 2017, la Cour de justice de l'Union européenne (affaire C-422/16) a d'ailleurs interdit l'utilisation d'appellations réservées aux produits laitiers (« lait de soja », « beurre de tofu », « fromage du tofu », etc.) pour des produits purement végétaux et ce même si ces dénominations sont complétées par des mentions explicatives ou descriptives indiquant l'origine végétale du produit en question.

Zoom sur les avantages des laits de chèvre et de brebis, comme alternatives à celui de vache.

Allergie au lait de vache

L’allergie au lait de vache est, avec l’intolérance au lactose, l’une des deux seules allergies liées aux produits laitiers. Elle est la première à apparaître chez l'enfant.

C’est aux protéines contenues dans le lait de vache que les personnes atteintes sont allergiques. Il peut s'agir d'une allergie immunologique ou non-immunologique.

Le lait de vache contient plus de 30 protéines. Toutes peuvent être à la source d'allergie mais les plus incriminées sont la bétalactoglobuline et les caséines.

Les signes cliniques d'une allergie aux protéines de lait de vache peuvent être :

  • cutanés (dans 10 à 40 % des cas): crise d'urticaire ou encore eczéma ;
  • digestifs (dans 50 à 60 % des cas): vomissements, douleurs abdominales, ou encore diarrhées ;
  • respiratoires (dans 20 à 30 % des cas): éternuements, écoulement nasal ou encore asthme.

À noter : les signes évocateurs d'une allergie au lait de vache peuvent se manifester quelques heures ou au contraire quelques jours après la consommation de lait de vache.

Il peut arriver également que l'allergie aux protéines du lait de vache se manifeste par un choc anaphylactique survenant dans les minutes suivant la consommation de lait. Il est alors important de consulter un médecin.

Bon à savoir : l’allergie aux protéines du lait de vache est la quatrième allergie alimentaire chez l’enfant, après l’œuf, l’arachide et le poisson

Lait de chèvre : le plus proche du lait maternel

La structure chimique du lait de chèvre est proche de celui du lait maternel et offre de ce fait de nombreux avantages. C'est une source de vitamines, de calcium et de protéines.

À noter : un verre de lait de chèvre apporte en moyenne 33 % de l'apport quotidien en calcium, contre 25 % pour le lait de vache.

Par rapport au lait de vache couramment utilisé, le lait de chèvre :

  • est plus digeste, car les particules de lait sont plus petites que celles du lait de vache ;
  • contient davantage de vitamine (A, B3 et C), de minéraux et d'oligoéléments ;
  • contient moins de cholestérol ;
  • comprend moins de lactose, le rendant ainsi moins allergisant que le lait de vache.

Par contre le lait de chèvre est plus cher que le lait de vache.

Bon à savoir : le goût du lait de chèvre est plus prononcé que celui du lait de vache, mais ce goût s’estompe jusqu’à disparaître quand le lait est bouilli ou incorporé dans des recettes culinaires.

Lait de brebis : riche en minéraux

Le lait de brebis a un goût légèrement sucré qui le rend doux.

Son principal avantage par rapport au lait de vache, c'est sa teneur en minéraux : zinc, phosphore, calcium, ou encore vitamine B. Il a également d'autres avantages, par rapport au lait de vache :

  • il est plus digeste, les particules de gras du lait de brebis étant plus fines que celles contenues dans le lait de vache ;
  • il contient davantage de protéines.

Bon à savoir : le lait de brebis est plus calorique que le lait de vache.

Pour aller plus loin :

Ces pros peuvent vous aider