Allergie et grossesse : pas de panique !

Sommaire

 

Si vous vous savez allergique, consultez votre médecin avant d'être enceinte ou dès le début de votre grossesse. Il adaptera votre traitement, car certains sont contre-indiqués pendant la grossesse. Il vous proposera en outre d'être suivie plus régulièrement pendant les 9 mois, car les allergies pendant votre grossesse pourront être plus virulentes, identiques ou au contraire atténuées.

À noter : suite aux dispositions du décret n° 2017-550 du 14 avril 2017, des pictogrammes « femmes enceintes » sont apposés sur les boîtes de médicaments à risque fœtotoxique ou tératogène depuis le 17 octobre 2017. Le pictogramme avec un cercle rouge barré et une silhouette de femme enceinte à l'intérieur correspond à une interdiction totale d'utiliser le médicament pendant tout ou partie de la grossesse. Le pictogramme avec un triangle rouge et une silhouette de femme enceinte recommande de ne pas utiliser le médicament pendant la grossesse, sauf en l'absence d'alternative thérapeutique.

Allergie et grossesse : peu de danger, mais consultez

L'allergie ne nuit pas au bébé, mais faire une crise d'asthme par exemple, même légère, n'est jamais anodin. C'est pourquoi :

  • si vous découvrez que vous êtes allergique pendant votre grossesse, consultez d'urgence ;
  • si vous suspectez une allergie et que vous désirez un enfant : faites un bilan allergique chez un allergologue.

Bon à savoir : pour limiter la transmission de l'allergène, la mère devra éviter l'allergène pendant l'allaitement également. Consultez aussi si l'allergie se déclare pendant celui-ci.

Femme enceinte allergique : avoir les bons réflexes

Comme pour toutes les allergies, il est nécessaire d'avoir repéré les facteurs déclencheurs d'une allergie, pour pouvoir suivre des règles hygiéno-diététiques adaptées à votre cas. Pendant la grossesse, vous veillerez avec encore plus de précautions à évincer l'allergène en cause.

À éviter

De nombreux allergènes sont de notre quotidien. Par exemple, évitez :

  • de fumer ou de subir la fumée de cigarette ;
  • de vous promener aux heures les plus chaudes ou de rouler la fenêtre ouverte pour limiter l'exposition aux pollens ;
  • certains animaux, comme les chats ou les équidés ;
  • certains aliments, comme les arachides ou les produits laitiers ;
  • de faire des tâches ménagères qui remuent la poussière, etc.

Bon à savoir : le RNSA (Réseau National de Surveillance Aérobiologique) met à la disposition du public une application d'alertes polliniques permettant de consulter en temps réel les départements et les pollens dont vous souhaitez connaître les niveaux d'alertes.

S'aménager un environnement sain

Pour limiter les allergies, il est recommandé de :

  • Aérer régulièrement votre appartement, sauf entre 11 h et 14 h, où les heures sont les plus chaudes, permettra à l'air de se renouveler et de se purifier.
  • Choisir des lessives non allergisantes et laver systématiquement tout drap, couverture ou vêtement neuf.
  • Utiliser des matelas et oreillers antiacariens.

Allergie chez le bébé

Vous n'éviterez pas à votre bébé une allergie dont vous n'êtes pas atteinte : par exemple, rien ne sert de chasser les acariens si vous n'êtes pas allergique à la poussière. Cependant :

  • si vous êtes allergique, le bébé a 30 % de risque de l'être ;
  • si le père du bébé est également allergique, les risques d'allergies augmentent à 60 % voire plus encore si l'allergie est la même chez les deux parents.

Fumer ou subir la fumée des autres multiplie par 10 les risques pour le bébé d'être allergique.

Bon à savoir : des médecins ont montré que si la future mère consomme des oméga-3, contenus dans l'huile le colza, les noix et les poissons gras, le système immunitaire du fœtus se développera plus rapidement, ce qui réduira la probabilité que le bébé développe une allergie plus tard.

Faites le tour de la question avec nos autres contenus :

Ces pros peuvent vous aider