Propriétés et bienfaits de la quercétine sur les allergies

Sommaire

La quercétine est un flavonoïde (et plus précisément un flavoloneflavolon). Ces derniers constituent une famille d'environ 4 000 pigments qui donnent leurs couleurs aux fruits, légumes et fleurs. Découverts en même temps que la vitamine C par Albert Szent-Gyorgyi en 1937, ils sont naturellement présents dans les végétaux.

La quercétine est, quant à elle, extraite de diverses sources végétales comme les oignons et les piments.

Les flavonoïdes, dont la quercétine fait partie, ont de nombreux effets bénéfiques sur notre organisme. La quercétine serait notamment bonne pour les allergies en raison de ses propriétés des propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires, antiallergiques, et immunomodulatrices. Le point dans cette astuce.

Propriétés de la quercétine

La quercétine est reconnue un flavonoïde parmi les plus actifs. De ce fait, elle possède de nombreuses propriétés thérapeutiques :

  • Associée à la vitamine C sous la forme de compléments alimentaires, elle en améliore l’absorption et en retarde l’élimination.
  • Elle renforce les parois capillaires des petits vaisseaux sanguins, ce qui limite leur perméabilité.
  • En cas de rhinite allergique, ou « rhume des foins », elle peut aider à réduire la congestion et l’irritation des yeux. On parle alors de propriétés antihistaminiques.
  • Elle possède des propriétés anti-inflammatoires. Consommée abondamment, elle permettrait de réduire les douleurs en cas d’inflammation chronique de la prostate ou d’arthrite chronique.
  • De même, une forte consommation de quercétine réduit la tension artérielle et protège des maladies cardiovasculaires.
  • Selon une étude, la quercétine (et le kaempférol, un autre flavonol) améliorerait la cognition globale en agissant sur la mémoire épisodique, la vitesse de perception et, bien que plus légèrement, sur la capacité visuospatiale (source : Holland TM. Et al. Neurology, 22 novembre 2022).

Bienfaits de la quercétine en cas d’allergies

20 % des Français souffrent de rhume des foins, aussi appelé rhinite allergique saisonnière, dont les symptômes sont :

Ces symptômes surviennent suite à une réaction du système immunitaire face aux pollens allergènes déplacés par le vent. Le corps libère alors de l’histamine, substance qui provoque la constriction :

  • des voies nasales ;
  • des voies aériennes ou respiratoires.

La quercétine entre dans la lutte contre ce processus. Ainsi, elle est particulièrement indiquée en cas de rhume des foins :

  • Elle a une action sur la production et la libération d’histamine et des cytokines pro-inflammatoires (IL-4, IL-6, et IL‑8), substances responsables des symptômes.
  • Elle limite la formation d’anticorps IgE et d’enzymes spécifiques telles que la « péroxidase de l’éosinophile » impliqués dans les processus d’allergie.
  • Elle parvient à les inhiber en stabilisant les mastocytes, cellules responsables des effets indésirables d’une réaction allergique.

La quercétine est également utilisée afin de diminuer certains effets indésirables de la chimiothérapie ou de renforcer son action anticancéreuse.

Attention : dans une étude, des chercheurs indiens indiquent que, d'après leurs analyses in vitro, la quercétine pourrait entraîner des interactions susceptibles de mener à un échec du traitement par chimiothérapie. Idéalement, renseignez-vous auprès d’un médecin généraliste formé à la phytothérapie qui pourra vous rediriger vers d’autres compléments tout aussi efficaces mais qui ne génèrent pas d’interactions avec votre traitement.

Où trouve-t-on la quercétine ?

Bien qu’elle ne soit pas considérée comme un nutriment essentiel, l'usage de la quercétine en tant que complément ou supplément alimentaire est tout à fait possible.

Bon à savoir : une cure de quercétine en gélules ou comprimés peut être débutée 1 mois avant le début du printemps et continuée 1 mois pendant la période où les pollens sont les plus virulents.

Les plus grandes sources naturelles de quercétine sont :

  • les câpres (1 808 mg/kg), ;
  • la livèche (1700 mg/kg), plante aromatique ;
  • les plantes comme le ginkgo, le millepertuis et la propolis (résine produite par les abeilles) ;
  • les piments jaunes et crus (506 mg/kg) ;
  • le cacao (201 mg/kg) ;
  • le sureau noir ;
  • le baies ;
  • l'oignon rouge cru et l’oignon jaune (133 mg/kg) ;
  • le brocoli (32 mg/kg) et le chou ;
  • la myrtille sauvage (177 mg/kg),, la cerise et le cassis (57 mg/kg) ;
  • les cerises et les pommes rouges, crues et avec leur peau (44 mg/kg) ;
  • le thé, noir ou vert (27 mg/kg) ;
  • le raisin et le vin rouge.

À noter : ces aliments doivent être intégrés dans les menus quotidiens, notamment en période de pollinisation (voire avant le printemps), afin d’anticiper toute réaction allergique.

Pour approfondir la question :

Ces pros peuvent vous aider